Blog

Questions à Emmanuel Vallance, préparateur physique


En sa qualité de préparateur physique, tout au long de la saison, Emmanuel Vallance veille au bon état de forme des troupes gazières. Il a… Read more

En sa qualité de préparateur physique, tout au long de la saison, Emmanuel Vallance veille au bon état de forme des troupes gazières. Il a ainsi un droit de regard sur l’activité des joueurs et sur les différentes sessions proposées par le reste du staff. Pour lui, la reprise est forcément un moment important.

Quel a été le programme des joueurs durant la trêve ?

Durant les dix jours de trêve, les trois premiers étaient strictement réservés au repos, afin que tous puissent se régénérer. Puis, pour les sept jours restants, il y avait sept séances à dominante athlétique à réaliser. Avec l’ensemble du staff technique, nous avions élaboré un programme individualisé à chaque joueur, et ce, en fonction de l’athlétisation de chacun, du temps de jeu, des besoins et des carences. L’objectif était qu’à la reprise, l’ensemble du groupe puisse être sur le même pied d’égalité.

En tant que préparateur physique, comment gérez-vous le sprint entre janvier et février ?

Dans l’idéal, d’ici le match contre Grenoble nous allons essayer d’emmagasiner le maximum de travail athlétique possible. Par ailleurs, en collaboration avec le staff médical, les protocoles d’après-match sont déjà prêts. Nous allons, par exemple les lendemains de rencontres, proposer des contenus adaptés à chaque joueur selon sa performance de la veille. Nous sommes habitués à ces enchaînements ; nous y avons déjà été confrontés durant la saison.

Quelle est la meilleure façon d’aborder ces moments-là ?

En nous adaptant aux temps de jeu et à l’état de forme des joueurs. Une fois ces paramètres pris en compte, nous établissons un programme plus ou moins individuel à suivre pendant la semaine.

Bien que face à une équipe de classement inférieur, le match contre Grenoble sera intense pour les organismes…

Bien sûr, oui, à plus d’un titre. Tout d’abord parce qu’il s’agira de la reprise de la compétition et plus précisément de la coupe de France. Même s’il n’y a pas beaucoup d’écart avec Grenoble sur le plan athlétique, la bataille sera rude pour la qualification. Ce match donnera le ton pour le reste de la seconde partie de saison.

Période hivernale oblige, comment préparez-vous les joueurs à évoluer sur des terrains glissants sous la pluie ?

Si nous ne pouvons rien faire face aux températures et conditions météorologiques, nous effectuons un maximum de prévention musculaire en amont, au niveau des zones qui seront sollicitées et notamment les adducteurs. Mais ce travail de proprioception s’effectue depuis plusieurs mois déjà. De temps à autre nous effectuons des piqûres de rappel sur les différentes parties musculaires.

Article : Corse Matin – 28/12/2017 – Stéfanie Pisano

corse-matin-28122017